vendredi 8 mars plus de 200 personnes devant le Méliès

Melies_mars_CCMRépondant à l’appel de l’association Renc’Art au Méliès, ce sont plus de 200 personnes qui se sont réunies devant le cinéma Méliès,  vendredi 8 mars jour de réouverture après une grève de 46 jours. Pourquoi ? Tout simplement parce que les conditions dans lesquelles le cinéma rouvre sont déplorables : toutes les conditions demandées par les grévistes ont été refusées par la Mairie de Montreuil. Pire : Dominique Voynet continue à vilipender des informations calomnieuses dans les médias et organise la souffrance de son personnel qui n’en peut plus. Utilisant les mêmes formules que les hommes politiques de droite dans l’actualité récente, elle parle du droit de grève des salariés comme d’une « prise en otage ».

De nombreux réalisateurs et cinéastes étaient présents, mais aussi une foule de Montreuilloises et de Montreuillois inquiets pour leur cinéma et leur ville. L’ambiance était festive, conviviale, sereine, mais tous sont déterminés à mener le combat jusqu’au bout pour que la vérité éclate et que la justice soit respectée.

La séance du film Artemisia, qui devait être suivie d’un débat avec la réalisatrice Agnès Merlet a été annulée à la dernière minute : la réalisatrice, signataire de la pétition de soutien au Méliès, refusait de mener le débat prévu sans l’équipe au grand complet.

Obligés de quitter la salle, quelques élus de la majorité, dont Stéphanie Perrier conseillère municipale déléguée au cinéma, sont sortis et ont arraché et déchiré des pancartes de protestation, sous les huées des Montreuillois. Mireille Alphonse, Co-Présidente du Conseil de développement d’Est Ensemble (notre communauté d’agglomération) est même allée jusqu’à jeter une des pancartes  à l’endroit où les manifestants se trouvaient. Heureusement, personne n’a été blessé.

Voilà le niveau de la politique de la majorité municipale EELV à Montreuil.

Nous appelons la municipalité à demander à ses représentants et élus de ne pas faire une fois de plus usage de la violence pour régler un conflit déjà extrêmement difficile.

Le combat continue, la mobilisation ne cesse de s’élargir.

Share
Ccm, Montreuil
J’ADHERE