L’application des nouveaux rythmes scolaires ?

class_ccmMa ville j’y crois vous répond !

La loi de Refondation de l’école place l’élève, l’enfant au cœur de l’école, pour un seul objectif faire réussir tous les élèves. En effet, nous ne pouvons nous satisfaire d’un système scolaire qui laisse 20% des élèves sortir de l’école sans diplôme et sans maîtriser les fondamentaux.
 
Construire un projet global de l’enfant est une idée née au cœur des ambitions humaines du Front Populaire. Aujourd’hui l’enjeu est de mobiliser  l’ensemble des acteurs, éducation nationale, municipalité, mouvement d’éducation populaire sur un objectif : la réussite de tous dans un cadre scolaire et périscolaire favorable.
 
Donner du sens aux apprentissages, permettre aux élèves de vivre le temps scolaire sur un rythme mieux adapté, construire un partenariat avec les communes autour d’un projet global, c’est une belle idée et un objectif ambitieux qui concoure à favoriser l’égalité des chances.
 
Mais les problèmes sont importants, voire immenses pour certaines communes. Les coûts, la mobilisation du personnel, la redéfinition d’une organisation de la politique de l’enfance et de la petite enfance qui intègrent cette réforme, qui je le rappelle, concerne en premier chef les enseignants dans l’obligation de travailler autrement, de mettre en œuvre une pédagogie repensée dans le cadre de 24H réparties sur 9 demi-journées.
 
Si nous voulons réussir cette réforme sur Montreuil nous devons construire un Projet éducatif territorial (PEDT) à la hauteur de notre ville, à la hauteur des enjeux de la réussite de tous dans une ville où les inégalités sont fortes et progressent.
 
Les territoires de nos villes sont différents, multiples et riches par leurs différences. Mais ils ne peuvent être tous intégrés dans un projet qui ne ferait que de fixer de grands objectifs qui ne sont au terme que des incantations.
 
Les structures municipales, sportives, culturelles et associatives sont une mosaïque qui doit faire l’objet d’une étude précise pour pouvoir offrir des activités périscolaires de qualité à tous. Nous voulons que l’ensemble des partenaires puissent être associés à un projet qui veut offrir du qualitatif. Nous voulons un projet qui place les agents de la ville dans un projet professionnel nouveau et négocié. Nous voulons un projet où les parents seront associés car ces derniers sont préoccupés par l’avenir de leurs enfants.
 
La mobilisation autour des enfants de Montreuil, des élèves de Montreuil doit participer à l’idée que chaque enfant, chaque élève est compétent à se construire un avenir. C’est l’idée que la culture, le sport, l’engagement associatif ne sont pas réservés à quelques-uns mais doivent être au service de tous et plus particulièrement aux plus défavorisés. L’engagement de l’équipe en place n’est pas suffisant pour concrétiser ce projet et la mobilisation n’est pas construite pour offrir le PEDT dont la ville a besoin. Les belles paroles ne font pas les politiques de terrain.  La ville de Montreuil est un enjeu sur le plan national.
 
Pour l’avoir mis en place en 2006, nous sommes bien placés pour savoir qu’une réforme des rythmes scolaires ne peut se faire dans la précipitation. Il s’agit d’un travail long et patient. Il impératif de reprendre le débat sur les rythmes scolaires depuis le début pour partir de l’essentiel : l’école et les enseignants.
 
C’est pourquoi,nous demandons :
 
–       les moyens nécessaires à la mise en œuvre de la réforme afin d’exclure toute dépense supplémentaire et augmentation de la fiscalité des communes
 
–       la reprise du dialogue au plan national en partant de la définition du projet éducatif pour la nation
 
–       la reprise du dialogue au plan local avec le report de la mise en place à 2015 ou 2016.

 

Share
Non classé
J’ADHERE