Expulsion locative de 60 familles de la Noue

Une soixantaine de familles ont été évacuées ce matin d’un immeuble situé 56, rue Irène et Frédéric Joliot-Curie à Montreuil. Ces familles vivaient dans des logements sociaux dont l’immeuble doit être démoli prochainement, suite à l’autorisation de madame la maire d’y construire un projet immobilier.

Depuis 7 heures, des familles, des enfants et une femme enceinte sont à la rue.

La maire de Montreuil ne cesse de condamner la spéculation mais dans ses actes, elle l’encourage. Elle se répand en bonnes paroles quant à l’urgence des besoins de logements, mais ne fait rien quand une situation concrète se déclare dans la ville.

Dans le Tous Montreuil, la maire dénonce même le « scandale des logements vacants » et va jusqu’à affirmer la nécessité de « réquisitions citoyennes encadrées par la Ville» des logements vides. Or, rien n’a été fait en ce sens malgré les 2406 logements vides.

En effet, la mairie devance les spéculateurs dans l’accélération des expulsions, et ne soutient pas ceux qui arrivent à se loger par leurs propres moyens en récupérant des lieux abandonnés à la spéculation. Comment continuer à demander des expulsions de locataires du parc HLM ?

Nous avons adressé une lettre ouverte à la maire de Montreuil, en juillet dernier, restée sans réponse, dans laquelle le Comité des citoyens Montreuillois demande qu’un moratoire pour toutes les expulsions de familles de bonne foi, victimes de dettes locatives liées aux conséquences de la crise, soit prononcé lors du prochain Conseil municipal.

A 8 jours de la trêve hivernale, nous demandons l’arrêt des expulsions sans relogement et l’hébergement de toutes les personnes mises à la rue, notamment les expulsés du 56 rue Irène et Frédéric Joliot-Curie.

Share
Ccm, Communiqués, Montreuil
J’ADHERE