Lettre ouverte à ceux qui refusent de se résigner

Pourquoi faudrait-il, à trois semaines de l’élection municipale, tendre le débat politique dans notre ville ? Nous sommes en démocratie. Notre liste Ma Ville, J’y crois respecte les opinions des uns et des autres.

Cela ne doit pas empêcher de dire les faits :

  • Hollande et son gouvernement veulent imposer, dans les prochaines semaines, ce qu’ils appellent un « pacte de responsabilité ».
  • Cette proposition a  été accueillie avec enthousiasme par le patron des patrons, M. Gattaz, chef du Medef. C’est normal. Ce pacte déclare la guerre contre la Sécurité sociale et les services publics : il serait fait cadeau aux grandes entreprises, chaque année, de 30 milliards d’euros de cotisations familiales ; et 50 milliards d’euros seraient soustraits à la dépense publique, asphyxiant en particulier les finances des communes.
  • Ce pacte de responsabilité Hollande-Gattaz s’ajoutera à toutes les mesures déjà prises par ce gouvernement depuis 18 mois, dans un sens contraire aux besoins de la majorité d’entre nous.
  • La politique de l’emploi du gouvernement, au lieu de lutter contre les plans de licenciements décidés par les grands groupes et les multinationales les accompagne. Dans le même temps, le gouvernement français supprime des milliers d’emplois publics.
  • Les réformes des retraites ou de l’école et des rythmes scolaires sont contraires aux droits existants et à la volonté des salariés, des enseignants, des parents.
  • Quand à la métropole du Grand Paris, elle va à l’encontre de la liberté des communes de s’administrer

Dans tous les domaines, la politique du gouvernement qui applique les plans d’austérité de l’Union européenne provoque contre elle mécontentement et colère et entraine l’appauvrissement des Français qui travaillent et des retraités

Ma Ville, J’y Crois est du côté de ceux qui luttent et résistent. Nous sommes du côté  de la Sécurité sociale de 1945, de l’école publique et laïque, des services publics. Nous sommes du côté de ceux qui refusent de se résigner. Nous ne sommes pas du côté de Hollande et de Gattaz.

 

Ce n’est pas un problème d’étiquette. Nombreux sont les électeurs de François Hollande de 2012, électeurs du PS, du Front de gauche, et plus généralement électeurs ouvriers, employés, jeunes, chômeurs, retraités, qui partagent la même inquiétude et la même colère.

A tous, nous disons : unissons nos efforts, dans la clarté, pour mettre en échec le pacte de responsabilité de Gattaz-Hollande et l’austérité.

Nous disons bien dans la clarté : est-il possible d’être du côté du refus de la résignation tout en  soutenant Razzy Hammadi, qui vote cette politique à l’Assemblée nationale ? Non, ce n’est pas possible.

Est-il possible, comme le fait Patrice Bessac, de critiquer le gouvernement tout en affirmant : « Au deuxième tour, je suis le seul à pouvoir rassembler toutes les gauches » (Le Parisien, 25 février) ? Toutes les gauches, c’est à dire Razzy Hammadi, le Parti socialiste, les Verts ? En un mot : se rassembler avec le gouvernement qui impose l’austérité ? Non, ce n’est pas possible.

Pour notre part, nous restons ouverts à la discussion libre et cordiale avec les uns et les autres. Mais avec un objectif clair : aucune voix pour l’austérité, aucune voix pour le pacte de responsabilité de Gattaz-Hollande !

C’est en tout cas le mandat sans équivoque que nous sollicitons auprès des Montreuilloises et Montreuillois qui refusent de se résigner.

Le 23 mars, le vote qui compte pour Montreuil : Ma ville, j’y crois, liste conduite par Jean-Pierre Brard, et soutenue par le Comité des citoyens montreuillois et le Parti ouvrier indépendant

Share
Communiqués, Montreuil
J’ADHERE