Le Méliès, enfin !

Le nouveau Méliès, avec ses six salles confortables et ultramodernes répond bien aux attentes des amoureux du cinéma, à Montreuil et bien au-delà. Il permet une programmation encore plus riche et plus ouverte nécessaire pour atteindre un très large public et pour montrer les films indépendants qui ne trouvent pas leur place dans les grands circuits. Il séduit par la beauté des salles, la grandeur des écrans, la qualité du son.

Voilà donc récompensée la persévérance de tous ceux qui ont porté ce projet, l’équipe du cinéma et la municipalité d’union qui, autour de Jean-Pierre Brard, a mis en oeuvre une politique culturelle ambitieuse visant à donner à tous l’accès au meilleur. Le nouveau Méliès en était le navire amiral.

Il en a fallu du courage pour surmonter l’hostilité des grands circuits qui ont saisi, en vain, la justice pour faire annuler le projet puis celle de l’équipe EELV élue en 2008, qui dénonçait ce projet « pharaonique » ! Après avoir essayé en vain, pendant plus de 2 ans, de tout arrêter, cette équipe a ensuite traîné les pieds puis a transféré le Méliès à Est-Ensemble, ajoutant ainsi deux nouvelles années de retard… En même temps Dominique Voynet s’en prenait à l’équipe du cinéma et à Stéphane Goudet, accusée à tort de détournement de fonds.

Le CCM et les élus de Ma Ville J’y Crois sont fiers d’avoir contribué à mettre en échec ces manœuvres honteuses, en soutenant sans faille les initiatives du personnel, de Renc’Art au Mélièe et du C-Ism. Nous avons en particulier diffusé plus de 1000 exemplaires de notre brochure « Méliesez vous ! » qui faisait la lumière sur les fausses accusations contre l’équipe et montrait la volonté des élus « verts » de « privatiser » le Mélès.

Cette volonté a été confirmée quand Marin Karmitz a dévoilé le contenu de son accord secret avec Dominique Voynet : en contrepartie du retrait de son recours, il avait obtenu l’engagement que la ville de Montreuil augmenterait les tarifs lors de la mise en service de l’équipement, au même niveau que ceux de ses salles *. Tout cela dans le dos des Montreuillois…

Tenant compte de la force du mouvement en faveur d’un vrai cinéma public, Est Ensemble n’a pas augmenté les tarifs. Mais tout n’est pas réglé pour autant : Est Ensemble refuse de mettre en place le personnel nécessaire pour l’accueil du public et le développement des nombreuses activités rendues possibles par ce nouvel équipement, notamment en direction du jeune public et en synergie avec les autres initiatives culturelles de la ville (lecture, musique, théâtre, arts plastiques etc…). Aujourd’hui c’est la ville de Montreuil qui est obligé de prendre en charge ces dépenses…

Mais attention ! Personne ne peut dire aujourd’hui quel sera le sort du Méliès dans le cadre de la métropole du Grand Paris en cours de mise en place par le PS et les Verts dans la droite ligne du projet sarkozyste : Le Méliès restera-t-il à Est ensemble, futur « territoire » ou sera-t-il géré à Paris avec des milliers d’autres équipements ?

C’est pourquoi le CCM et les élus de Ma Ville j’y Crois demandent que la ville de Montreuil retrouve la maîtrise du Méliès pour qu’il puisse jouer pleinement son rôle dans la vie culturelle locale, avec les acteurs locaux. Et dans l’immédiat nous demandons qu’Est Ensemble débloque les postes et les crédits nécessaires à son bon fonctionnement

* Déclaration de MK à Médiapart : « J’avais un accord avec Dominique Voynet qui prévoyait une mise au même niveau que nous des tarifs du futur Méliès ».

Share
Montreuil
J’ADHERE