​Montreuil : nouveau maire, vieilles recettes

Liberation.fr 
Article de  Jérémie Lamothe — Publié dans Libération le 18 janvier 2016

Soupçons de favoritisme, «purge»… les questions s’accumulent autour de la gestion de Patrice Bessac, élu en 2014 dans l’un des derniers bastions communistes.
Montreuil, dernier grand bastion municipal communiste, est-il en train de se fissurer ? Autoritarisme, mauvaise gestion, favoritisme… Le maire de cette ville de 100 000 habitants en Seine-Saint-Denis, Patrice Bessac, est au centre de toutes les critiques. Jusque dans sa propre majorité. En octobre, sept élus écologistes (sur treize) s’en sont pris directement à l’édile communiste dans une lettre adressée aux militants. Les mots sont lourds de sens : «Diktat du maire», «dérive autocratique»«prétextes fallacieux»«méthode brutale». La charge est intervenue après la décision de Patrice Bessac d’imposer un petit remaniement parmi les conseillers municipaux verts. Si le reste des troupes écolos s’est démarqué de cette prise de position, la majorité ne tient plus qu’à un fil. Selon un élu d’opposition, «le dernier conseil municipal du 16 décembre a été encore pire que d’habitude. Patrice Bessac coupe la parole, ne répond pas, c’est vraiment pénible…» Le malaise est encore plus profond au sein de l’administration. D’ex-employés, excédés, pointent du doigt une ambiance exécrable et dénoncent les «pressions» et le«harcèlement» régulier de leur hiérarchie depuis l’arrivée de Bessac.
Share
Montreuil
J’ADHERE