Encore une journée des droits des femmes !

Viendra-t-il un jour où il n’y en aura plus besoin ? Voyons quelques chiffres pour nous faire une idée !

Dans le monde

700 millions de femmes se sont mariées quand elles étaient encore enfant

200 millions de femmes ont subi une forme de mutilation génitale (excision)

35% des femmes et filles sont exposés à une forme de violence physique et/ou sexuelle au cours de leur vie (OMS).

Et la France dans tout çà ?

  • 27% de députées contre 18% à la dernière mandature. Ce n’est pas un excès de vitesse !
  • 25% de sénatrices contre 17% voici 10 ans. Des marges de progression restent possibles !
  • Pas de PDG femme à la tête d’une entreprise du CAC40, 40% dans les conseils d’administration. Oh, le beau plafond de verre !
  • Le Forum économique mondial annonce la France à la 132ème place concernant le critère d’égalité de salaire entre les hommes et les femmes pour un travail similaire. Y a du monde devant !
  • 80% des emplois à temps partiel (de 15 à 29h) sont occupés par des femmes. Salaire d’appoint oblige, même quand c’est le seul qui fait bouillir la marmite !
  • 20 % des intervenants en plateau télévision sont des femmes.
  • 1 femme décède tous les 3 jours sous les coups de son conjoint.
  • 23% des demandes d’IVG étaient directement liées à des violences (viols, violence conjugales, violences familiales)

Constat affligeant ! Pourtant, l’autonomie des femmes est nécessaire à une société équilibrée puisqu’elles représentent la moitié de la population. C’est une question de droits fondamentaux. Quant aux violences faites aux femmes, elles méritent plus de sévérité de la part des tribunaux et un meilleur accompagnement social et psychologique pour se reconstruire.

Alors, certes, cette journée est symbolique pour dénoncer les injustices sociales et les violences physiques subies par les femmes. Et célébrons-là comme telle ! Mais les 364 jours suivants ? C’est tous les jours qu’il faut lutter pour dénoncer ces horreurs et ces injustices. Oui, c’est dans notre quotidien que nous devons exiger ce respect pour cette moitié de l’humanité que sont nos mères, nos sœurs, nos voisines, nos collègues, nos élus, nos amies.

 

Share
France, Monde
J’ADHERE