Pas de caution pour le quotient familial

Le 15 juin, les élus-es de la majorité municipale ont voté pour une modification du quotient familial. Cette « refonte » allégera peut-être les formalités administratives mais surtout les porte-monnaie des familles montreuilloises.

En effet, le nouveau mode de calcul est désavantageux pour de nombreux parents, comme vous allez bientôt vous en rendre compte car il sera appliqué dès septembre. La maire-adjointe à l’Education n’a pas répondu à nos questions sur des choix aussi discriminants pour les Montreuillois. Nous adressons donc une lettre ouverte au maire, pour que vous ayez tous connaissance de la politique menée par cette majorité municipale.

Lettre ouverte au maire de Montreuil

Vous avez proposé et voté, lors du conseil municipal en huis clos du 15 juin, la refonte du quotient familial.

Nous devrions nous réjouir car c’est une révision que nous avons demandé dès juin 2014 et qui tardait. Pourtant, elle est loin des attentes réelles des parents montreuillois.

Tout d’abord, elle a été construite sans aucune consultation des familles et nous le déplorons. Vous auriez pu profiter de la réunion du 6 juin pour interroger les parents, échanger et modifier la délibération en y incorporant leurs remarques, mais vous avez préféré annuler cette réunion.

Dans Le Montreuillois, ainsi que dans la délibération, vous annoncez une baisse des tarifs pour les familles bénéficiant de moins d’un SMIC.

Si on s’en réfère au quotient familial, cela veut dire qu’une famille de quatre personnes touchant 1 020 € pourra bénéficier de la tranche plancher.

Nous vous rappelons que 1 020 € correspondent, pour la très grande majorité des cas concernés, à des structures familiales fragiles, la plupart du temps sans travail ou, pour les “chanceux”, avec un seul des parents travaillant.

Ils n’ont donc pas le droit d’inscrire leurs enfants aux prestations enfance, et s’ils obtiennent une dérogation, ils seront perdants avec ce nouveau calcul.

En effet, si un enfant reste toute la journée au centre de loisirs pendant les vacances, il en coûte actuellement 0,68 €. A partir de septembre, la journée -repas compris- sera facturée 1,62 €, soit presque 1€ par enfant et par jour en plus.

Vous faites plus que doubler le prix d’une prestation qui aura vu son amplitude horaire et les moyens alloués baisser de façon considérable depuis deux ans.

Ce simple exemple montre à quel point ce nouveau calcul est désavantageux pour toutes les familles.

En effet, si les enfants restent au centre toute la journée, c’est souvent parce les parents sont en recherche d’emploi, ou ne peuvent pas s’occuper de leurs enfants. En le transformant en charge financière importante, cela devient contre-productif.

Mais la contre argumentation par l’exemple ne s’arrête pas là, car les autres simulations que nous avons effectuées nous font arriver à la même conclusion. Quand les deux parents travaillent, les tarifs des prestations augmentent de manière significative.

Au vu des horaires de l’école, que vous avez choisi de faire terminer à 15 h 45, les élèves ne se contenteront pas de déjeuner à l’école. Ils resteront au centre et, pour la plupart, alterneront accueil du matin et du soir.

Avant votre vote du 15 juin, une famille de quatre avec deux enfants, dans la tranche maximum, se retrouvait très rapidement avec une facture pouvant aller jusqu’à plus de 250 € par mois. A partir de septembre 2016, cette même famille pourra se retrouver avec 500 € d’augmentation par an.

Quant aux familles monoparentales, que vous dites favoriser, une personne avec un enfant qui gagne 25 000 € par an, soit environ 2 000 € par mois -ce qui permet de faire face aux charges, mais guère plus- va se retrouver entre la tranche intermédiaire et la tranche maximum. Cela signifiera une augmentation de presque 50 € par mois. Et on peut faire ce compte pour pratiquement toutes les situations des familles montreuilloises.

Ce nouveau quotient familial va alourdir la facture des familles, même celle des plus en difficulté et ce, dès septembre 2016.

Depuis deux ans, les familles montreuilloises subissent vos décisions concernant les écoles, les centres de loisirs, les baisses de moyens et maintenant le quotient familial. Encore un chantier raté par manque de construction avec les citoyens. Encore un chantier mené pour faire des économies et des profits sur un service public.

Nous sommes persuadés que les parents les plus favorisés sont d’accord sur la nécessité de contribuer à l’effort de solidarité, ADN de notre ville, mais encore faut-il que le calcul en soit le reflet. En l’état actuel des choses, personne ne peut le croire.

Ni les élus de notre groupe, ni les parents, ni le personnel communal.

Restant à votre disposition pour toute rencontre ou question, nous espérons une action en faveur de plus de justice sociale.

Share
Ccm, Communiqués, Montreuil
J’ADHERE