LES CONTRE-VÉRITÉS DE DANIEL MOSMANT

Le droit au logement c’est l’affaire de la Nation toute entière, non seulement de l’État, garant du droit, mais aussi des collectivités territoriales qui, en raison de leur proximité avec les réalités locales, doivent participer à la mise en œuvre effective  de ce droit. L’État bafoue manifestement ce droit en permettant les expulsions locatives de personnes reconnues prioritaires par les commissions DALO. Il fait main basse sur les cotisations dites « 1% patronal » Par ailleurs, il privilégie par des mesures fiscales, l’investissement de logements locatifs privés pour la spéculation au lieu d’être le garant du droit au logement pour tous et de répondre à l’urgence sociale. L’Etat poursuit ainsi sa politique de désengagement d’un droit fondamental.

Bien que Montreuil compte près de 37 % de logements sociaux, notre ville n’est pas épargnée par cette crise du logement. Le comité des citoyens Montreuillois exprime sa préoccupation devant la recrudescence des expulsions locatives à Montreuil. L’adjoint à la maire de Montreuil en charge du Logement et de l’Urbanisme, Daniel MOSMANT assure dans un communiqué de presse récent qu’elles auraient augmenté de 25 % en 4 ans. Nous en avons pour preuve les expulsions locatives demandées par l’OPHM, office qu’il dirige. Elles n’ont jamais été aussi nombreuses.

Le Comité des citoyens Montreuillois intervient, avec le soutien du député Jean-Pierre BRARD, pour tenter de trouver des solutions, à chaque fois qu’il est sollicité par des familles n’ayant aucun recours. Le dialogue n’est pas évident avec les propriétaires et l’OPHM n’échappe pas à ce travers. En revanche, la préfecture et son service du logement, les agents de l’État examinent avec bienveillance toutes nos demandes de suspension du concours de la force publique.

Enfin le Comité des Citoyens Montreuillois est opposé à la vente du patrimoine de logements sociaux. Il en est question au 9 rue des Oseraies à Montreuil. La population n’est pas en mesure de prétendre à une accession immobilière  et 6000 familles sont inscrites au fichier des mal-logés. Les HLM sont aujourd’hui pour beaucoup de ménages la seule réponse possible à leur besoin de logement dans de bonnes conditions. Ils contribuent à la mise en œuvre du droit au logement et à la mixité sociale des villes et des quartiers.

Le Comité des citoyens Montreuillois demande à la ville de Montreuil et l’OPHM de mettre fin aux expulsions locatives, en attendant, par exemple la décision du juge de l’exécution des peines.  L’OPHM doit renouer le dialogue avec les Montreuillois qui sont déjà frappés par une politique gouvernementale désastreuse.

Montreuil le 29 septembre 2011

Share
Montreuil, Non classé
J’ADHERE